Heinrich Böll / Carnets de guerre

Mobilisé en 1939, le soldat Heinrich Böll, futur Prix Nobel de littérature, est jusqu’en 1943, et restera soldat jusqu’en avril 1945. Capturé par les troupes américaines, il est libéré le 15 septembre 1945.

Les centaines de lettres qu’il adresse à ses parents et à sa femme, Annemarie, constituent un regard rare sur la vie des soldats allemands dans les pays occupés. Et témoignent de l’affirmation d’un esprit libre et critique.

Pour lui qui ne rêve que de littérature, l’écriture, plus qu’un refuge, est un laboratoire. Sous sa plume, tout se dessine et prend vie, les vagues, les collines, les visages.

Si ses lettres expriment souvent le désespoir, Böll tente de conserver, plus que tout, sa foi en l’humanité. La littérature demeure pour lui et pour toujours un refuge contre la barbarie.

Voix : Philippe Bertin, Agnès Lalle

Piano : Claire Lavandier

La sélection des textes est issue de l’ouvrage : Lettres de guerre 1939-1945. L’iconoclaste, 2018

Heinrich bohl 1.jpeg

Maison Heinrich Heine- Cité Universitaire - Paris