Mika Biermann / Trois jours dans la vie de Cézanne

L’œil chafouin, le poil hirsute, Paul Cézanne crapahute par les collines, suant sous son melon, le dos courbé sous le poids du chevalet.

Trois jours dans la vie de Paul Cézanne suffisent à l’auteur et guide-conférencier Mika Biermann, pour faire sauter les écailles de peinture, gratter la trame, ajourer jusqu’à l’os le portraitiste de la Sainte-Victoire. La lecture publique des 39 premières pages annonce un vilain fait divers transformé en une odyssée de garrigue sur une mer de peinture, dans le sillage du peintre bourru, vaniteux et obsédé par des chimères grotesques qui n’engendrent pas la mélancolie. Au public de découvrir par lui-même la suite de cet ouvrage, l’œil fringant et les doigts maculés de couleurs fauves.

La joueuse de viole de gambe s’applique à l’instar du peintre à nous offrir par sa musique la riche substance du monde.

Voix : Philippe Bertin, Agnès Lalle

Viole de gambe : Clémence Schiltz

Trois jours dans la vie de Cézanne, Anacharsis, 2020